Archive for the ‘France’ Category

ARDHIS + INTER LGBT + ACT UP PARIS + SOS HOMOPHOBIE

TsaïCommuniqué de presse inter associatif
Paris, le 5 novembre 2009

Deux homos menacés d’une expulsion imminente : la France doit leur assurer protection et leur permettre de faire valoir leurs droits à l’asile ou au séjour !

L’Ardhis, SOS homophobie, Act Up-Paris et l’Inter-LGBT demandent l’annulation des procédures d’expulsion et la régularisation de leur situation administrative.

Merlin, Camerounais de 30 ans fuyant les persécutions homophobes dont il était la cible, a été arrêté à Hendaye, tout juste une heure après avoir passé la frontière, et ce après un périple de plusieurs mois à travers l’Afrique et l’Espagne. Il envisageait de construire une nouvelle vie ici en France, un pays où il serait protégé ! Mais son dessein s’effondre. Son destin, s’il retourne dans son pays, est particulièrement sombre : au Cameroun, les actes homosexuels sont punissables d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 200 000 francs CFA. Des arrestations et condamnations sont régulièrement prononcées au nom de cet article. Par ailleurs, la stigmatisation sociale et le chantage sont courants.

Nos associations rappellent que conformément à l’article 6 de la directive 2004/83/CE, le statut de réfugié, au titre de l’asile conventionnel ou de la protection subsidiaire, doit être accordé aux personnes LGBT ayant été ou risquant d’être persécutées par les pouvoirs publics de leur pays d’origine, ou par quelque autre acteur non étatique.

Dans le même centre de rétention se trouve Tsaï1, chinois de 37 ans, diplômé de lettres françaises et de gestion des entreprises à l’université de Nantes. Il est aujourd’hui professeur de chinois ; et vit en couple depuis huit ans à Pantin (93) avec un Français, Jean-Paul Marlet. Dans la suite de ses études de gestion, Tsaï travaillait en CDI pour une entreprise d’import-export de la région parisienne, mais son employeur a été « contraint » de le licencier parce qu’il ne s’était pas vu attribuer un titre de séjour « Salarié » après l’expiration de son titre de séjour « Etudiant », alors même que l’employeur le soutenait dans ses démarches. Il est ainsi entré dans l’irrégularité et est depuis obligé de travailler « au noir » pour gagner sa vie. Entre 2000 et ce jour, Monsieur Tsaï a ainsi établi sa vie privée et familiale sur notre sol et il exerce une activités prfessionnelle stable. Son retour forcé serait préjudiciable, tant pour lui que pour ses proches. Il a passé 10 ans de sa vie en France et sa vie est bien ici !

Pour chacun d’entre eux, l’expulsion vers leur pays d’origine les expose à la haine, aux persécutions, à des peines de prison du fait de leur homosexualité, qui détruirait la nouvelle vie qu’ils s’étaient employés à bâtir.

Nous rappelons qu’il est ordinairement difficile de faire la preuve rapide de persécutions ou de rejets subis dans son pays d’origine et que l’orientation sexuelle n’est pas quelque chose qui se « démontre » de façon évidente. Chaque situation nationale demande un travail d’information lent et difficile, afin de mettre à jour l’importance des risques encourus par les personnes homosexuelles ou transgenres. Pendant ce temps, des solutions d’accueil provisoire doivent être trouvées, de façon à fournir aux demandeurs d’asile et aux associations qui les accompagnent le temps de préparer des dossiers circonstanciés.

En décembre 2008, le gouvernement français, à l’instar de Rama Yade, alors secrétaire d’État des Droits de l’homme, a fait voter la dépénalisation de l’homosexualité et de l’identité de genre à l’Organisation des Nations Unies. Au regard de cette initiative, relevant de la lutte contre l’homophobie à un niveau international, nous attendons, pour le moins, que ce même gouvernement accorde le droit d’asile en France à des LGBT persécutés dans leur pays d’origine.

L’Ardhis, SOS homophobie, Act Up-Paris et l’Inter-LGBT demandent donc aujourd’hui la libération de Merlin et de Tsaï et ce :

* afin que la demande d’asile déposée par Merlin puisse être instruite sans urgence et qu’un éventuel recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile puisse être effectivement examiné
* afin que Tsaï puisse demander une régularisation de situation administrative arguant de sa situation de compagnon d’un Français depuis plus de 7 ans et qu’il fait preuve à ce jour de plus de 10 ans de présence sur notre territoire

Contacts Presse:

Audrey Grelombe pour Act Up Paris: 0625479136

audreygrelombe@yahoo.fr

Bartholomé Girard pour SOS Homophobie: 0628320250

bartholome.girard@sos-homophobie.org

Philippe Castel pour Inter LGBT: 0625768192

philippe.castel@inter-lgbt.org

Thomas Fouquet-Lapar pour Ardhis : 0619640391

ardhis@hotmail.fr

www.ardhis.org

www.actupparis.org

www.inter-lgbt.org

www.sos-homophobie.org

Nous appelons toutes personnes, physiques ou morales, à solliciter le préfet des Pyrénées Atlantiques (64). Les associations peuvent aussi écrire directement au ministère et à l’Elysée (demander nous les contacts : ardhis@hotmail.fr).

Une lettre-type vous est proposée:

Monsieur le Préfet,

Vous avez engagé deux procédures d’éloignement envers un ressortissant chinois et un ressortissant camerounais, sous les références d’Aprf suivantes: 09-64-00368 et 09-64-00371. Nous vous alertons que ces ressortissants étrangers sont des personnes vulnérables et qu’il est urgent que notre pays leur assure protection.

Merlin (prénom d’emprunt), Camerounais de 30 ans fuyant les persécutions homophobes dont il était la cible, a été arrêté à Hendaye, tout juste une heure après avoir passé la frontière et ce après un périple de plusieurs mois à travers l’Afrique et l’Espagne. Il envisageait de construire une nouvelle vie ici en France, un pays où il serait protégé ! Mais son dessein s’effondre. Son destin, s’il retourne dans son pays, est particulièrement sombre : au Cameroun, les actes homosexuels sont punissables d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 200 000 francs CFA. Des arrestations et condamnations sont régulièrement prononcées au nom de cet article. Par ailleurs, la stigmatisation sociale et le chantage sont courantes. Nos associations rappellent que conformément à l’article 6 de la directive 2004/83/CE, le statut de réfugié, au titre de l’asile conventionnel ou de la protection subsidiaire, doit être accordé aux personnes LGBT ayant été ou risquant d’être persécutées par les pouvoirs publics de leur pays d’origine, ou par quelque autre acteur non étatique.

Dans le même centre de rétention se trouve Tsaï (prénom d’emprunt), chinois de 37 ans, diplômé de lettres françaises et de gestion des entreprises à l’université de Nantes. Il est aujourd’hui professeur de chinois ; il vit en couple depuis huit ans à Pantin (93) avec un Français, Jean Paul Marlet.

Dans la suite de ses études de gestion, Tsaï travaillait en CDI pour une entreprise d’import-export de la région parisienne, mais son employeur a été « contraint » de le licencier parce qu’il ne s’était pas vu attribué par la préfecture un titre de séjour « Salarié » après l’expiration de son titre de séjour « Etudiant », alors même que l’employeur le soutenait dans ses démarches. Il est ainsi entré dans l’irrégularité et est depuis obligé de travailler “au noir” pour gagner sa vie. Entre 2000 et ce jour, Tsaï a ainsi établi sa vie privée et familiale sur notre sol et il a développé une activité professionnelle stable. Son retour forçé serait préjudiciable, tant pour lui que pour ses proches. Il a passé 10 ans de sa vie en France et sa vie est bien ici !.

Nous vous demandons donc instamment de bien vouloir libérer ces deux personnes et leur permettre ainsi de continuer leurs démarches administratives :

· afin que la demande d’asile déposée par Merlin puissent être instruite sans urgence et qu’un éventuel recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile puisse être effectivement examiné

· afin que Tsaï puisse demander une régularisation de situation administrative sur le motif de sa situation de compagnon d’un Français depuis plus de 7 anzs et qu’il fait preuve à ce jour de plus de 10 ans de présence sur notre territoire

Nos associations s’engagent à les accompagner dans leurs démarches

Nous vous remercions de votre bienveillance et nous vous prions de croire, monsieur le Préfet, en notre plus haute considération.

Où adresser la lettre ?

dominique.schmitt@gironde.pref.gouv.fr

prefet@gironde.pref.gouv.fr

guesdong@club-internet.fr

philippe.rey@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

pierre.larroque-laborde@pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr

Fax secrétariat du préfet : 05 59 98 26 44,

Fax du bureau des étrangers : 05 59 98 26 42

Pour obtenir de l’aide, ecrivez a: ardhis-help@ardhis.org

Advertisements

Montag, 5. Oktober 2009 (Photo Reuters)

Franco-British Charter to Kabul: The Odious Show Continues

By No Border 09 Lesvos

A Franco-britannique deportation “charter” is scheduled for October 6 flying to Kabul. While the humanitarian situation and security continue to deteriorate in Afghanistan, that there has more civilian casualties than ever, and NGOs such as the Secretary General of UN expressed particular concern about the situation, France and Great Britain are trying, as they did in November 2008 with a joint operation. Afghanistan is a country at war. It is unacceptable to refer those that have fled to seek protection in Europe.

In France the Minister of immigration is mocking the decision of different courts to release 130 OF the 138 Afghans who had been arrested on September 22, for their removal, with the spectacular closure of the the largest “jungle” in Calais.

These courts have highlighted the inanity of this media operation recalling the respect of the people rights and fundamental freedoms Several courts have cancelled the papers obliging the migrants to leave the French territory (APRF) with the motivation of the non respect of the right to claim asylum. The government has not remedied this.

The government remains locked in his rhetoric about the magnetic effect of the jungle, according to which Afghans, Eritreans, Iraqis, Iranians, Sudanese, etc.. don’t come to Europe to save their lives and their freedoms, but for reasons of pleasure and comfort. According to this rhetoric, the current raids are supposed to carry disincentive messages in the countries of origin. So it like this that the Afghans of Calais are being taken hostage to try to terrorize their fellow victims of violence in the country.

These “cleaning operation” are continuing as well as the placement of Afghans in detention .

The joint charters which are contrary to the principle of collective deportation. They are leading to arbtitrary discriminatory and inhuman practices , in defiance of peoples fundamental rights.

We call upon the French and the Britsh authorities to waive any project of deportation to Afghanistan which would seriously endanger the lives of the Exiles.

We reaffirm the urgency of making sense of asylum in Europe by providing a mechanism for all refugees to seek protection in the country of his/her choice. In the meantime, that France can and must suspend the application of the Dublin Regulation so it may host on its territory those who continue to flee conflict and take refuge in Europe.

PRESS CONTACTS:
Cimade Julie Chansel 06 82 24 03 47
julie.chansel@lacimade.org

Full Article

See Also ARDHIS PARIS

salvationarmyamazon

Abdellah Taïa: Openly Gay Moroccan Writer Takes on Homophobia in the Muslim World

Chronicle Journal: Openly gay Moroccan writer takes on homophobia in the Muslim world

By Jenny Barchfield, The Associated Press

http://www.chroniclejournal.com/stories_entertainment.php?id=18845

Wednesday, May 27, 2009

Abdellah TaïaIn this photo taken on May 13, 2009, Moroccan writer Abdellah Taïa, is pictured at his apartment in the Paris Belleville district. In “Salvation Army” his latest and first book to appear in English, Taia talks frankly about coming to grips with his sexuality and leaving his family to start a new life in Europe. (The Associated Press/Remy de la Mauviniere)

PARIS – A soft-spoken slip of a young man, Abdellah Taia hardly looks the part of an iconoclast. But as Morocco’s first high-profile, openly gay man, Taia has made it his mission to win acceptance for homosexuals throughout the Muslim world.

Taia has defied Moroccan society’s don’t-ask, don’t-tell attitude toward homosexuality – and prison sentences that are still on the books in the North African kingdom – to write five autobiographical novels about growing up poor and gay in the northern coastal city of Sale.

The novels, peppered with sexually explicit passages, have catapulted him to fame in his native country and made him the de-facto poster child of its budding gay rights movement.

His work has sparked harsh criticism. Taia said some outraged critics have called on him to renounce Moroccan citizenship so as “not to bring shame” on the country.

It’s also alienated him from his parents and eight siblings, who figure extensively in the books and complain that Taia has publicly humiliated them.

But the 35-year-old author insists he’s never been cowed by fallout from his work.

“When I write, I feel a sense of urgency, as if my life depended on it,” Taia said in an interview in Paris, where he has lived for almost a decade. “When I first started writing, it never occurred to me to invent some fictional character and talk about made-up things.”

His latest novel, “L’armee du Salut,” or “Salvation Army,” focuses on his decision to move to Europe. An English translation recently came out in the United States, with an introduction by author Edmund White.

Though Taia immigrated legally – he was awarded a scholarship to study in Switzerland – his experiences in Geneva paralleled those of thousands Moroccans living in Europe without papers.

After his older Swiss lover who was supposed to pick him up at the Geneva airport never shows up, a penniless Taia seeks refuge at the Salvation Army, where he lives among illegal immigrants from throughout the developing world.

In the book, he also talks about his blooming sexuality, describing teenage trysts in the back of dark movie theatres and flings with European tourists looking for more than sun on their Moroccan holidays.

Like nearly all Arab countries, Morocco considers homosexual relations a crime, punishable by fines and prison sentences of six months to three years. Such penalties are rarely applied, though, and in practice Morocco has a long history of leniency toward homosexuality and other practices forbidden by Islam.

Asked whether he sees himself as courageous, Taia said, “The most difficult thing was to work up the courage to pick up the pen and write for the first time.”

He grew up with a family of 11 sharing a two-room house. His father, a petty civil servant, and a his mother, an illiterate housewife, emphasized their children’s education, sending five to college.

That was where Taia began to write. Surrounded at Rabat University by children of Morocco’s French-speaking elite, he began to keep a diary to improve his written French.

His journals now serve as the foundation of his novels, which are written in French and have been translated into seven languages, including Arabic and now English.

Chronicle Journal: Openly gay Moroccan writer takes on homophobia in the Muslim world

By Jenny Barchfield, The Associated Press

Gays Without Borders

NOTE: “Salvation Army” is the 2006’s book by Abdellah Taïa.

His last book is “Une mélancolie arabe” (2008)

Abdellah Taïa Website

Salvation Army on Amazon

France: Urgent Mobilization to Avoid the Deportation of Giorgie, Ronnie, Policarpio, Three Filipinos Detained in the Strasbourg Detention Center

prison

Mobilization: Letter to Send to the French Prefecture to Avoid The Deportation of Giorgie, Ronnie, Policarpio

To contact the Prefecture:

Phone:
Accueil : 03 88 21 67 68 (demander le cabinet du préfet ou la responsable du bureau d’éloignement)
Bureau d’éloignement, Mme Marin : 03 88 21 65 13

Fax:
03 88 21 61 55 (fax du secrétaire général)
03 88 21 62 16 (fax de la préfecture)
03 88 21 68 07 (fax du sous-préfet)
03 88 75 00 47 (fax du bureau d’éloignement)
Si vous n’avez pas de fax : http://fax-gratuit.net/tt/index

Mails:
raphael.lemehaute@bas-rhin.pref.gouv.fr
pierre.ory@bas-rhin.pref.gouv.fr
infos@bas-rhin.pref.gouv.fr
secretaire-general@bas-rhin.pref.gouv.fr
secretariat-prefet@bas-rhin.pref.gouv.fr
jeanine.marin@bas-rhin.pref.gouv.fr

Suggestion of letter:

“A l’attention de Mr le Préfet,

Monsieur,

Je souhaite vous alerter concernant la situation de 3 personnes originaire des Philippines, placées actuellement en centre de rétention à Strasbourg et dont la situation est particulièrement alarmante :

  • Ronnie (APRF n°09.67.00217 du 11/05/2009)
  • Policarpio (APRF n°09.67.00216 du 11/05/2009)
  • Giorgie (prénom d’état civil : Rogelio, APRF n° n°09.67.00218 du 11/05/2009)

Ronnie et Policarpio sont homosexuels et vivent en couple depuis 1994 ; ils ont du fuir leur pays en raisons de graves menaces homophobes et vivent en France depuis 8 ans.
Giorgie, (ou Rogelio de son prénom d’état civil), est une femme transgenre; elle a du fuir les Philippines en 2005 en raison des persécutions qu’elle subissait en tant que transsexuelle, homme vers femme.
Ces trois personnes sont sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. Les renvoyer aux Philippines les mettrait en situation de grave danger en raison des discriminations et violences homophobes et transphobes qu’elles y subissent.
Je vous demande de prendre en compte la situation de ces trois personnes et de garantir leur sécurité et le respect de leur droits humains, en les libérant et en les régularisant.

Respectueusement,

(Nom, Prénom, Organisation éventuelle, Ville)”

ALERTE ! UNE TRANS’ ET DEUX HOMOS PHILIPPIN-E-S EN DANGER D’EXPULSION À STRASBOURG !

Ronnie et Policarpio, un couple d’homos et Giorgie, une femme trans, arrêtées le 11/05/2009, actuellement au centre de rétention de Strasbourg, sont sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière et risquent une expulsion imminente.
Ces trois personnes ont du quitter les Philippines pour échapper aux persécussions homophobes et transphobes qu’elles subissaient.

UNE MOBILISATION DE TOUTE URGENCE EST NECESSAIRE !

Vous trouverez ici (et ci-dessous) le communiqué de l’ARDHIS et toutes informations nécéssaires pour agir, envoyer des courriers, en savoir plus etc…
http://lezstrasbourg.over-blog.com/

Nous avons besoin de toute urgence :

-Que les organisations LGBTI et de défense des droits humains contactent en leur nom la préfecture du Bas-Rhin pour plaider la cause de Ronnie, Policarpio et Giorgie.

-Que des courriers soient envoyés dès maintenant à la prefecture du Bas-Rhin.

-Que des actions publiques soient organisées très rapidement, en particulier à Strasbourg.

-D’informations (rapports, articles, communiqués) permettant de démontrer les risques encourus par les personnes LGBTI aux Philippinnes, afin que la Cimade puisse tenter un ultime recours.

-D’organisations signataires pour le communiqué de l’ARDHIS co-signé par Scumlambda et LeZ Strasbourgeoises.

——————————
Communiqué de l’ARDHIS (co-signé par Scumalambda et LeZ Strasbourgeoises) et infos complémentaires :

Sujet:[ardhis-infos] ALERTE: 3 Philippins homos et trans en voie d’être expulsé
Date: Tue, 19 May 2009 01:03:17 +0200
De: ARDHIS Etrangers LGBT <ardhis@hotmail.fr>

L’ARDHIS vient d’être alerté par la Cimade de la situation de 3 Philippins placés actuellement en centre de rétention à Strasbourg

Ils sont sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière et toutes les voies de recours sont épuisées. La gendarmerie procède actuellement à la demande d’un laissez-passer auprès de leur consulat pour pouvoir mettre en oeuvre l’expulsion.

Ronnie et Policarpio sont en couples depuis 1994 ; ils ont fui ensemble les menaces qu’ils avaient reçu dans leur pays et c’est en France qu’ils ont pu continuer à vivre en couple sereinement. Ils partagent un appartement et vivent de ménages chez des particuliers. Ils venaient d’entreprendre des démarches en vue d’une régularisation. Cela fait maintenant 8 ans qu’ils vivent ici !!

Giorgie, (ou Rogelio de son prénom d’état civil), a quitté les Philippines en 2005 avec un visa touriste pour la France. Mais elle fuyait en réalité les persécutions qu’elle subissait en tant que transsexuelle, homme vers femme. Elle vit à Paris et travaille comme nourrice.

Ronnie, Policarpio et Giorgie (état civil Rogelio) ont été interpelé-e-s ensemble à proximité de Strasbourg, où ils-elle étaient de passage. Ils-elle ne peuvent pas supporter même l’idée de retourner au pays.

Au lendemain même de la journée mondiale contre l’homophobie, l’Ardhis appelle les autorités à la bienveillance envers ces 3 personnes qui ne demandent qu’à vivre en harmonie dans notre pays.

L’expulsion de ces trois personnes est imminente !

NOUS APPELONS A MOBILISATION DE TOUTE URGENCE !

– écrire de toute urgence à la prefecture du Bas-Rhin pour alerter sur la situation de Ronnie (APRF n°09.67.00217 du 11/05/2009), Policarpio (APRF n°09.67.00216 du 11/05/2009) et Giorgie (pour la préfecture préciser son prénom d’état civil : Rogelio, APRF n° n°09.67.00218 du 11/05/2009) et demander leur libération et leur régularisation

– il importe que les associations LGBTI contactent très rapidement et en leur nom la préfecture du Bas-Rhin, par téléphone ou par courrier pour l’alerter sur la situation de Ronnie, Policarpio et Giorgie (préciser état civil Rogelio)

– nous appelons à la mobilisation publique des organisations et personnes LGBTI et de leurs allié-e-s, notamment à Strasbourg, pour faire valoir les droits de Ronnie, Policarpio et Giorgie.

Contacts :
ardhis@hotmail.fr
scumlambda@no-log.org

Gays Without Borders

collectifcontrelhomophobie-manuel

collectifcontrelhomophobie-jeanne

France: New Advertising Campaign Against Homophobia – Collectif Contre l’Homophobie

Collectif contre l’homophobie, 1, rue Embouque d’Or, 34000 Montpellier.
www.cch.asso.fr

yade2Dépénalisation de l’homosexualité: Rama Yade à l’Onu le 18 décembre

La secrétaire d’État aux droits de l’homme française, Rama Yade, se rendra au siège de l’ONU la semaine prochaine pour «promouvoir» un projet de déclaration sur la dépénalisation de l’homosexualité, annoncé dans Têtu n° 135, juillet-août 2008, et vivement combattu par le Vatican.

«Afin de promouvoir cette déclaration, Rama Yade se rendra à New York le 18 décembre et coprésidera avec Maxime Verhagen, ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, un événement en marge de l’assemblée générale, auquel s’associeront de nombreux autres pays», a déclaré jeudi le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Frédéric Desagneaux.

M. Desagneaux a rappelé l’engagement de Rama Yade en faveur d’un texte «appelant à la dépénalisation universelle de l’homosexualité qui serait portée aux Nations Unies lors de la présidence française du Conseil de l’Union européenne», qui s’achève à la fin de l’année.

Cette initiative, qui a déjà reçu le soutien d’une soixantaine de pays, «consiste en une déclaration qui sera prononcée dans le cadre de l’assemblée générale des Nations Unies», a-t-il ajouté. Le porte-parole a rappelé que l’homosexualité est passible de la peine de mort «dans au moins six pays dans le monde».

Le Saint-Siège a manifesté à plusieurs reprises son hostilité à ce projet, dont le texte n’a pas encore été rendu public, assurant qu’il se heurtait aux réserves ou à l’hostilité de nombreux pays. Pour le Vatican, cette déclaration répond à l’objectif légitime de bannir la répression de l’homosexualité. Mais en condamnant les «discriminations» et les «préjugés» concernant les homosexuels, il risque à ses yeux de favoriser le mariage gay, l’adoption par des couples du même sexe ou encore la procréation assistée pour les homosexuels.

Copyright tetu.com
par Quotidien/AFP
Info du 11 décembre 2008


Remballe ton pape !

Communiqué de presse

Un regroupement d’associations, syndicats et organisations politiques appellent à manifester à Paris dans la soirée du vendredi 12 septembre pour dénoncer, a l’occasion de sa venue en France, les positions prises par le pape. Les signataires s’opposent à l’intervention de la religion catholique dans les affaires publiques et dénoncent l’écoute bienveillante des propos du Vatican par nombre de responsables politiques français.

Les signataires refusent les retours en arrière concernant les droits à l’avortement et à la contraception, dénoncent les appels criminels du pape à ne pas utiliser les préservatifs, défendent le droit de choisir son genre et sa sexualité. Elles réaffirment leur attachement à la solidarité et aux luttes sociales visant à accéder ici-bas à des vies décentes.

Les signataires exigent :

– que l’Eglise catholique cesse de s’immiscer pas dans la politique,
– que l’Eglise catholique cesse ses déclarations criminelles,
– que les gouvernements français mettent tout en place pour s’affranchir de l’idéologie catholique,
– le libre accès et la totale gratuité des moyens de contraception et de l’avortement.

La manifestation partira du métro Filles du Calvaire le vendredi 12 septembre à 18h30

Signataires : Marche Mondiale des Femmes (MMF), Panthères roses, Alternative libertaire (AL), Offensive libertaire et sociale (OLS), Scalp, Collectif National Droits des Femmes (CNDF), Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC), Collectif libertaire de Bourges, Coordination des Collectif Unitaires pour une Alternative au Libéralisme de l’Hérault, Coordination Femmes Egalité, Scab (Suisse), Fédération Sud-PTT, Ligue du droit des femmes, Mouvement Français pour le planning familial (MFPF), Dones D’Enllac (Catalogne), Collectif de pratiques et de réflexions féministes “Ruptures”, Réseau féministes “Ruptures”, Act-Up – Paris, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) – Marseille, Union Syndicale Solidaires, Association culturelle des travailleurs immigrés de Turquie (ACTIT), SOS sexisme, National Secular Society (Angleterre), Espoirs de femmes, Coordination égalité, Les Alternatifs, Mix-Cité – Paris, Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), Gauche Alternative 67, Initiative féministe européenne (IFE) – France, Les Amis de la Commune,

Lundi 8 septembre 2008

France to ask UN for universal decriminalisation of homosexuality
By Tony Grew • September 3, 2008

The French minister of human rights and foreign affairs has confirmed that she will appeal at the United Nations for the universal decriminalisation of homosexuality.

Rama Yade also said that the EU wanted to take the lead in stopping violence against women worldwide.

Until the end of 2008 France will speak for all EU member states at the UN General Assembly, as they hold the rotating Presidency of the European Union.

Earlier this year it was reported that the French initiative on decrminalisation will take the form of a solemn declaration from UN states, rather than a vote in the UN on the matter.

However, Ms Yade said yesterday that France will submit a draft declaration at the UN General Assembly in December. The British government already advocates universal decriminalisation.

She was speaking at 61st Annual Conference of Non-Governmental Organisations at UNESCO headquarters in Paris.

It is the first time in its history that the Conference has been convened outside of New York.

1,700 NGOs associated with the United Nations have gathered for three days of debate held under the banner of the 60th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights.

UN General Secretary Ban Ki-moon opened proceedings by satellite link this morning.

More than 80 countries outlaw same-sex relations in all circumstances.

The maximum punishments range from a few years jail to life imprisonment.

In nine countries, or regions of countries, the mandatory punishment for homosexuality is death by execution.

Full Article

ENDitorial: Massive mobilization against EDVIGE, the new French database

SIGN THE PETITION HERE

Remember the movie ‘Das Leben der Anderen’ (The Lives of Others), where a Stasi agent was monitoring a playwriter’s life? This doesn’t translate anymore in French into ‘La vie des autres’, but rather into EDVIGE, the name of a newly created database to be used by French intelligence services and the administrative police.

EDVIGE will file “individuals, groups, organisations and moral persons which, due to their individual or collective activity, are likely to attempt to public order”. Not only these persons will be filed (without any offence committed), but also “those who undertake or have undertaken direct and non fortuitous relations with them.” Filing starts at age 13.

This, clearly, means filing everyone, in view of “informing the government and the representatives of the State” in any and all French town and region. In other words, EDVIGE, which has been created by a decree issued on 27 June 2008 in the framework of the merging of two French intelligence services (RG and DST), is the perfect instrument of a political police.

EDVIGE will contains data on “civil status and occupation; physical addresses, phone numbers, email addresses; physical characteristics, photographs and behaviour; identity papers; car plate numbers; fiscal and patrimonial information; moves and legal history.”

As highlighted by lesbians and gays associations, this will include data on sexual orientation and health, in particular HIV seropositivity. This has been confirmed by a representative of the Interior ministry, who declared that “the mention of these data will only be authorised for incidental need in relation with an activity. In the intelligence field, this mainly means activism.” Moreover, French EDRI member IRIS notes that the inclusion of “identity papers” in these data is particularly significant in the context of the newly created French biometric passport including 8 fingerprints and of the draft law in preparation on biometric ID cards.

A large mobilization against EDVIGE immediately started, with a petition calling for the withdrawal of this file. This petition is hosted and maintained by RAS (‘Réseau associatif et syndical’), an NGO acting as an ISP for its members, almost 200 activist NGOs and trade unions, among them EDRI member IRIS. The petition has already gathered since 10 July 2008 more than 16.000 individual signatures, and more than 170 signatures from associations, trade unions and political parties from the opposition. Signatories will organize into a global coordination against the EDVIGE file, and are preparing various actions starting from next September. In the mean time, some of these groups will file a complaint against the French government, requesting the annulment of the EDVIGE decree.

Full article

SIGN THE PETITION HERE

Credit Photo : Lesbian and Gay Pride Lyon

L’office français pour la protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a accordé le 28 mai le statut de réfugié à Paul Patience Nguimbous, un homosexuel camerounais qui craignait de retourner dans son pays à cause de son orientation sexuelle. «Je me sens comme libéré, comme rescapé», a confié à Têtu le jeune homme de 29 ans.

Full article here : Un homo camerounais obtient le droit d’asile, tetu.com

See also: France: Young Gay Paul Patience Nguimbous on the Point of Being Deported to Cameroon